LISIS
image description
image description

Scarlett Salman

Maîtresse de conférences, UPEM

Mes recherches s’inscrivent au croisement de la sociologie du travail et des organisations, et de la sociologie de la santé au travail et de la santé mentale. Je m’intéresse à la montée des préoccupations relatives à la subjectivité au travail, que je saisis à travers l’étude de dispositifs de gestion comme le coaching en entreprise et de la diffusion de catégories comme la souffrance au travail.

Depuis mon arrivée au Lisis en 2014, je poursuis mes recherches en étudiant la genèse de la catégorie des « risques psychosociaux au travail » et ses principaux usages dans les organisations, en particulier dans le secteur bancaire.
Suite à la médiatisation de suicides au travail de salariés de grandes entreprises en France (Renault, France Télécom…) entre 2007 et 2009, la thématique des « risques psychosociaux » (RPS) au travail a explosé, interpellant les pouvoirs publics qui l’ont mise à l’agenda en urgence. Pour faire face à ce qui se construit comme de « nouveaux risques » qui seraient engendrés par les évolutions sociotechniques et organisationnelles du travail, les grandes entreprises se tournent, à la suite des pouvoirs publics et en partie sous leur pression, vers un marché de l’expertise en santé mentale au travail en plein essor. La prise en charge des risques psychosociaux constitue une innovation protéiforme et complexe : – technique, par les instruments de mesure sur lesquels elle s’appuie, – de service, par les prestations marchandes proposées, – organisationnelle, par les usages auxquels elle donne lieu en entreprise. C’est aussi une innovation institutionnelle, par les dispositifs juridiques qui l’encadrent, et conceptuelle, car elle cristallise une nouvelle manière de penser le travail et la santé. C’est cette catégorie, son succès rapide et ses usages que cette recherche se propose d’investiguer et d’analyser.
Depuis octobre 2016, je suis membre du projet de recherches collectif Surveillance des risques professionnels incertains (SURIPI), sélectionné par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) (avec Jean-Noël Jouzel (CSO), Jérôme Pelisse (CSO), Renaud Crespin (CSO), Giovanni Prete (IRIS), Gladys Lutz (CRTD)). J’y suis responsable de l’axe « Secteur bancaire sur les Risques Psychosociaux ».

Thèmes de recherche :

  • Sociologie du travail, des organisations, des professions et de l’emploi. Sociologie économique.
  • Sociologie de la santé au travail et sociologie de la santé mentale.
  • Coaching, travail et carrières des cadres, néo-management, dispositifs de gestion ; médecine du travail, psychologie du travail, risques professionnels, risques psychosociaux.

Activités d’enseignement :

  • Politiques sociales. 3ème année de Licence de sociologie, Upem.
  • Sociologie du travail et de l’activité. Master 1, Master Sciences Sociales – Parcours Conduite du Changement, Compétences et Organisation (Macor), Upem.
  • Le numérique en entreprise. Master 1, Master Sciences Sociales – Parcours Commun Macor et Communication des entreprises et médias sociaux, Upem.
  • Santé au travail. Master 2, Master Sciences Sociales – Conduite du Changement, Compétences et Organisation (Macor), Upem.
  • Méthodologie d’enquête : l’entretien. Mastère spécialisé Politiques et actions publiques pour le développement durable (MPAPDD), Ecole des Ponts ParisTech.
  • Crises et risques. Mastère spécialisé Politiques et actions publiques pour le développement durable (MPAPDD), École des Ponts ParisTech. Avec François Dedieu (Inra, Lisis).
  • Le mal-être au travail. Perspectives sociologiques sur un défi contemporain. Cours-bloc, Master de Sociologie (Université de Fribourg, Suisse).
  • Encadrement de mémoires de Master. Master Conduite du changement, Compétences et Organisation (Macor) (M1 et M2) ; Master Communication des entreprises et médias sociaux (M2) ; Master Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF 2e degré) (M1 et M2).

Éléments de bibliographie :